Sommaire oct. 2016 n°12

 

  Les Editions Heimdal ont le plaisir de vous présenter le magazine SUB-MARINE.

Ce trimestriel de 80 pages aborde toute l'actualité et les principaux sujets du moment couvrant les forces sous-marines et le secteur naval de défense.
Le magazine suit l'évolution technico-opérationnelle de cette composante, celle de ses équipements et de ses chantiers navals. Il dédie chaque numéro un dossier se référant à un thème majeur du secteur.

 

Sub-Marine magazine 

 

Actualités

  France

DCNS et l'ONERA ont signé un accord-cadre visant à développer leurs synergies et proposer des projets R&D communs dans les domaines naval et maritime, dont des systèmes d'armes du futur.
Après plusieurs collaborations dans les domaines principaux de l'aérologie du pont du BPC Mistral, de la mâture intégrée de l'Adroit et de la détection de comportements anormaux en mer, DCNS et l'ONERA ont décidé de renforcer leur collaboration et de réaliser des études communes notamment sur des thèmes comme l'hydrodynamique, les matériaux (endommagement, fatigue...), la détection au-dessus de la surface, la navigation (dont gravimétrie) ou les drones.
Pour mémoire, l'ONERA est un acteur central de la recherche aéronautique et spatiale, qui est placé sous la tutelle du ministère de la Défense. Il emploie 2 000 personnes et dispose d'un budget de 230 millions d'euros.

  France

Airbus Defence and Space va connecter des bâtiments de la Marine nationale au système de communication très haut débit par satellite Comcept. La Direction générale de l'armement (DGA) a notifié au groupe européen et Actia Telecom une commande pour équiper dix-sept bâtiments de la Marine d'une capacité de raccordement au système de communication haut-débit Comcept (terminaux Satcom navalisés).
Comcept est un réseau de communication par satellite haut débit, en technologie « tout IP » (Internet Protocol) dont une première capacité opérationnelle a été mise en service dans les armées françaises en 2015. Ce système vise à répondre à l'augmentation des échanges de données entre équipements et systèmes d'information militaires, en complétant le système satellitaire Syracuse via les nouvelles capacités de transmission par satellite en bande Ka – notamment celles du satellite militaire franco-italien Athena-Fidus – ou encore en bandes Ku et C. Le contrat prévoit également l'installation, en métropole et en outre-mer, de téléports assurant le raccordement aux réseaux terrestres du ministère de la Défense.

  France

Durant le déploiement longue durée (DLD) de la frégate multi-missions (Fremm) Languedoc, un détachement de quinze marins de la flottille d'hélicoptère 31F, basée à Hyères, est actuellement à bord. Le NH 90 Caïman Marine, dernier-né des hélicoptères de la Marine nationale, constitue le cœur de ce détachement. Cet hélicoptère de combat aéromaritime apporte une réelle plus-value à la frégate et peut remplir plusieurs missions : lutte anti-sous-marine, détection en surface et lutte anti-navire, transport de passagers et opérations spéciales avec les commandos.
Équipé de nombreux capteurs – radar, sonar et caméras infrarouges – le Caïman est le bras armé autonome de la frégate multi-missions Languedoc. Partie pour plusieurs mois en Atlantique nord et en Arctique dans le cadre de ce déploiement longue durée, la nouvelle Fremm pourra vérifier et valider ses capacités de fonctionnement en mer avant son admission au service actif.

 Portugal

Le Daytona, chalutier de 22 mètres immatriculé à Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) qui pêchait au large des côtes britanniques, a été croché par un sous-marin portugais le 12 juillet dernier, en Manche, près des côtes anglaises. Les cinq membres d'équipage sont sains et saufs et aucun dégât n'est à déplorer. Le bateau de pêche se trouvait à 55 km au sud-est du cap Izard. Vers 7 h 30, l'équipage aperçoit soudainement un sous-marin qui fait surface, remontant avec lui le matériel de pêche du chalutier. Une unité portugaise s'est prise dans leur filet. Il s'agit du Tridente (type 209 PN)), qui était en plongée pendant un entraînement avec la marine britannique. Les marins-pêcheurs décident alors de découper le chalut et remettent le cap sur la Bretagne. Entré en service en 2010, le Tridente est un bâtiment de 68 m de long et 2 000 tonnes de déplacement en plongée. Il est doté d'un système de propulsion anaérobie (AIP).

  Pakistan

Le ministère de la Défense pakistanais a confirmé officiellement son intention d'acquérir huit sous-marins conventionnels chinois. Un contrat estimé à 4 milliards de dollars. Le modèle retenu serait le type 039A (classe Yuan) qui affiche un déplacement en plongée de 3 600 tonnes et est doté d'un système de propulsion anaérobie. Quatre bateaux seront construits en Chine et livrés à partir de 2022. Les quatre autres doivent être construits dans un chantier naval au Pakistan avec transfert de technologie. Ils seront remis à la marine pakistanaise d'ici 2018. Aujourd'hui, le pays dispose de cinq sous-marins de la classe Agosta, achetés à la France. Les deux premiers (Agosta 70), les PNS M Hasmat et PNS M Hurmat, initialement destinés à l'Afrique du Sud, furent livrés en 1979 et en 1980. Les trois autres unités furent commandées dans le milieu des années 90, et assemblées, pour deux d'entre elles, à Karachi, au Pakistan.

 États-Unis

Le chantier naval américain Newport News Shipbuilding a terminé la construction de la coque interne du sous-marin nucléaire multi-rôles SSN 789 Indiana de la classe Virginia. Désormais, toutes les sections de la coque sont assemblées pour former une seule unité étanche. L'assemblage de la coque est une étape clé de la construction d'un sous-marin. Lancé en septembre 2012, l'assemblage actuel est à 82 % de sa réalisation. L'USS Indiana – réalisé dans la version Block III – est le seizième bâtiment de la classe. Sa livraison à l'US Navy est prévue pour le troisième trimestre 2017.
Les bâtiments de la classe Virginia sont destinés à la lutte anti-sous-marine et antinavire, aux frappes sur les objectifs terrestres avec les missiles de croisière BGM 109 Tomahawk, à l'installation de champs de mines, aux missions de reconnaissance, à l'observation et au déploiement des forces spéciales. En constante évolution, le projet prévoit la construction de trente bâtiments de ce type.

 Inde

Les négociations entre l'Inde et la Russie sur la location d'un deuxième sous-marin sont bien avancées. Actuellement, la marine indienne emploie un sous-marin nucléaire d'attaque Chakra, ex-K 152 Nerpa du Projet 971 Chtchouka-B (Akula en dénomination OTAN), loué à la Russie. Dès 2012, l'Inde a exprimé son intérêt pour un deuxième SNA en leasing. La demande indienne de recevoir le tout nouveau sous-marin russe du Projet 885 Yasen n'a pas eu le feu vert de Moscou. Finalement, ce sont des négociations de la location d'un autre Akula, prélevé à la marine russe, qui sont en cours.
Le bâtiment bénéficiera une importante mise à niveau qui touchera l'adaptation pour le système de commandement indien ainsi que son système d'armes. Il sera équipé de missiles antinavires supersoniques Brahmos. Le navire retenu n'est pas encore connu, mais ce sera vraisemblablement le K-157 Vepr, actuellement en réserve dans la Flotte du Nord. La marine russe possède actuellement onze bâtiments du Projet 971 en état opérationnel ou en réparation, dont le plus ancien, le K 322 Kachalot, est entré en service en 1988. Avec le cycle des modernisations, des tests et de l'instruction de l'équipage, la livraison du deuxième Akula sera effective en 2020, au plus tôt. 

 Russie

Malgré son âge respectable, l'hélicoptère à rotor contrarotatifs Kamov Ka 27, Helix en dénomination OTAN, restera le principal hélicoptère de la lutte anti-sous-marine de la marine russe. Développé dans les années 1970, il équipe de nombreux bâtiments de surface, notamment les destroyers du Projet 1155 de la classe Udaloï. Un programme de modernisation du Ka 27 est en cours (désignation Ka 27M). Cette nouvelle version intègre une nouvelle avionique numérique, un nouveau radar (capable de détecter un périscope de sous-marin en immersion périscopique), un système de navigation et un système de transmission de données ainsi que des armements de nouvelle génération. De plus, le Ka 27M est complètement interopérable avec les hélicoptères de combat navalisés Ka 52K Alligator. En dehors des missions ASM, les Ka 27 sont employés pour les missions de recherche et de sauvetage, d'observation, de liaison, de transport et d'évacuation sanitaire.