Sommaire juillet 2016 n°11

 

  Les Editions Heimdal ont le plaisir de vous présenter le magazine SUB-MARINE.

Ce trimestriel de 80 pages aborde toute l'actualité et les principaux sujets du moment couvrant les forces sous-marines et le secteur naval de défense.
Le magazine suit l'évolution technico-opérationnelle de cette composante, celle de ses équipements et de ses chantiers navals. Il dédie chaque numéro un dossier se référant à un thème majeur du secteur.

 

Sub-Marine magazine 

 

Actualités

  France

Officiellement depuis le 26 avril, l'Australie a choisi l'offre du français DCNS dans le cadre du programme SEA 1000 qui vise à remplacer les six sous-marins de la classe Collins et par lequel l'Australie entend doubler sa flotte sous-marine océanique. Le Français a remporté ce contrat géant de 34 milliards d'euros face à ses concurrents allemand et japonais. Il porte sur 12 sous-marins océaniques Shortfin Barracuda Block 1A et représente la plus importante commande militaire passée par l'Australie. Alliés historiques de Canberra, les États-Unis sortent également gagnants de la compétition du fait que le système de combat sera américain. Le CMS (Combat Management System), le cerveau du sous-marin, sera fourni par un industriel d'outre-Atlantique, Raytheon ou Lockheed Martin.

  Estonie

Suite à un appel d'offres international, Thales a été sélectionné comme maître d'œuvre pour le compte du ministère de la Défense estonien, dans le cadre de la modernisation des trois chasseurs de mines SRMH (Single Role Mine Hunter) de la classe Sandown, des bateaux ayant appartenu à la marine britannique. Thales fournira, entre autres, un ensemble de système de mission pour les navires qui sera pleinement opérationnel en 2019. Les systèmes de mission incluront de nouveaux équipements de navigation, le sonar de coque large bande 2193, le système de contrôle et commandement (C2) M Cube équipé de consoles multimissions TACTICOS et un centre de données de lutte anti-mines. Rappelons que les chasseurs de mines de la classe Sandown sont également employés par l'Arabie Saoudite et l'Espagne.

  Inde

Mis à l'eau en octobre 2015 au chantier Mazagon Dock Limited (MDL), l'INS Kalvari, premier sous-marin indien de type Scorpène (Programme P75), a débuté les essais en mer. La tête de série des six Scorpène a appareillé le 1er mai dernier de la base navale de Mumbai pour une première sortie en pleine mer. Le bateau a réalisé en surface des essais de propulsion jusqu'à une vitesse de 10 nœuds. Des tests d'arrêt d'urgence et de manœuvrabilité ont également été réalisés. Les prochains essais porteront notamment sur une plongée statique, qui permettra de valider le poids du sous-marin en fonction des ballasts (opération appelée « pesée »). À l'issue de l'ensemble de ces essais, le Kalvari sera livré au mois de septembre à la marine indienne; les cinq autres sous-marins suivront à la cadence d'un tous les neuf mois. Pour mémoire, l'INS Kalvari est le premier sous-marin réalisé en totalité en transfert de technologie de construction par DCNS dès le premier de série.

  Inde

Le INS Arihant, premier sous-marin indien doté d'une propulsion nucléaire et d'une capacité de frappe stratégique, a achevé avec succès ses essais en mer. Le bateau a notamment effectué des plongées profondes et réalisé un premier tir de missile balistique K-4 en plongée au large de la côte ouest de l'Inde. Le missile de 17 tonnes dont la portée est évaluée à 3500 km aurait frappé une cible éloignée d'une distance de 700 km. Au cours des manœuvres, le sous-marin a été accompagné par le navire de sauvetage russe Epron. Mis sur cale en 1998, et lancé en 2009, le sous-marin de 6 000 tonnes qui mesure 120 mètres de long pour une largeur de 14 mètres a été conçu avec l'aide technique russe.

  Thaïlande

Thales s'est vu attribuer un contrat portant sur la modernisation de deux chasseurs de mines construits à la fin des années 1980 dans les chantiers allemands de Lürssen (le HTMS Bang Rachan et le HTMS Nong Sarai). Ce contrat marque le premier succès de l'électronicien en Thaïlande sur le marché des systèmes sous-marins et sonars. En tant que maître d'œuvre, Thales sera responsable de la révision de la conception, des réparations et de la modernisation des deux chasseurs de mines. Les navires seront équipés de nouvelles solutions, notamment de systèmes de contrôle des machines et de navigation, de nouvelles capacités de communication, d'un sonar TSM 2022 MkII (doté d'un système de contrôle et commandement (C2) M-Cube MCM) et d'un système de mesure de signatures multi-influence.

  Russie

La marine russe a annoncé que le sous-marin nucléaire d'attaque de nouvelle génération K 560 Severodvinsk a atteint le niveau opérationnel initial. Fin mars, le Severodvinsk est rentré de sa première mission d'exercice durant laquelle il a réalisé les éléments de sa préparation de base. Le K 560 est le premier navire de type Yasen, Projet 885, mis en service en juin 2014. Six autres navires seront produits dans la version améliorée : Yasen-M, Projet 885M. Prochainement, le navire passera au niveau opérationnel et débutera sa première mission longue durée.

 

 

  Russie

Un sous-marinier à la tête de la marine russe.
La marine russe a désormais un nouveau chef. L'amiral Vladimir Korolev a été nommé au poste de commandant des forces navales en avril dernier. Sous-marinier de spécialité, il a gravi tous les échelons jusqu'au commandement du sous-marin nucléaire K–387 du Projet 671RT Semga (Viktor-II en dénomination Otan). Entre 2010 et 2011, il a commandé la flotte de la mer Noire, puis entre 2011 et 2014, la flotte du Nord. Au poste de commandant des forces navales, il remplace l'amiral Viktor Tchirkov, qui a quitté le service pour raison de santé.

 

 

 

 

 

 

  Russie

Avec l'entrée en service d'une importante quantité de navires de combat, et notamment de sous-marins, la marine russe a besoin de renouveler sa flotte de remorqueurs. En 2015, deux remorqueurs du Projet 22870 sont entrés au service actif. Pour 2016, il est prévu que quatre nouveaux remorqueurs du Projet 02980 soient remis à différentes flottes.
Tous les remorqueurs de nouvelle génération sont dotés d'un système de sauvetage modulaire apte à être installé sur des navires non spécialisés. Les nouveaux remorqueurs sont capables d'exécuter une large gamme de missions : recherche et sauvetage en mer, soutien d'un navire endommagé, évacuation, mise en œuvre d'une équipe de plongeurs et même récupération d'une nappe d'hydrocarbures.